Ceci n’est pas un blog beauté…

Oui, mais je suis une femme avant d’être une malade, et même si je me maquille peu ou légèrement, j’aime prendre soin de moi. Les produits de beauté sympas occupent une bonne place dans ma trousse de maquillage.

Je suis finalement plus sensible à la question depuis que je suis malade. Lorsque je n’avais « que » le statut de salariée ou de maman, le temps pour m’occuper de ma petite personne était compté. Étant en arrêt, j’apprécie, lorsque je suis en forme, de prendre soin de moi. Cela ne relève pas que de l’ordre du superficiel. A l’hôpital, on a vite l’impression de ne plus être qu’un corps public qu’il faut présenter à tous les soignants afin de pouvoir guérir. Ma notion de la pudeur s’est largement détendue au contact du personnel, même si des efforts louables sont faits pour préserver l’intimité des patients. Il est bon de ré investir son corps et de préserver son image, en se faisant du bien, par des massages, soins du visage…Les socio-esthéticiennes qui ont croisées ma route ne sont pas étrangères à cette prise de conscience. Elles ont eu un rôle déterminant et je tiens à les en remercier.

J’ai eu envie de rédiger un article sur mes produits de beauté chouchous du moment.

image

J’écoute avec un peu plus d’attention les voix qui s’élèvent contre la présence de perturbateurs endocriniens et autres produits cancérigènes, comme les parabènes, le triclosan, le phénoxyéthanol, les silicones et autres joyeusetés entrant dans la composition de nombre de produits de beauté.

Sans être une ayatollah de la santé et de la beauté -je n’en suis pas encore à fabriquer mes produits de beauté- je tente de mieux sélectionner les basiques que j’emploie quotidiennement.

Je reconnais volontiers ne pas être parfaite, notamment en ce qui concerne le choix du maquillage (ah, le marketing…) mais j’essaie de m’améliorer. Au moins ai-je une marge de progression. Ce qui me frappe, c’est la profusion de produits proposés et le fait que nos ascendants n’avaient pas autant de choix que nous mais ne devaient certainement pas s’en porter plus mal.

Pour toutes ces raisons, je privilégie la filière Bio, notamment le label Ecocert ou les produits qui me semblent assez naturels, ainsi que les odeurs agréables d’huiles essentielles.

# Pour mon corps :

J’évite le gel douche et je privilégie un pain de savon -en ce moment du savon d’Alep à la rose-. Ça sent bon et c’est naturel. Reste à savoir s’ils pourront toujours en produire en raison du conflit en Syrie. Je pense tester le savon de Marseille, en espérant qu’il n’assèche pas trop la peau. La marque Melvita fait également de très bon produits que je souhaite essayer.

image

J’ai testé chez Nuxe l’exfoliant pour le corps de leur gamme Bio-beauté mais je n’aime ni sa rugosité ni son odeur. Celui de chez Aesop à la feuille de géranium me fait de l’œil car il sent bon et je pense bientôt l’acheter en remplacement du précédent.

image

Il ne me reste plus qu’à trouver une bonne crème naturelle pour le corps.

Pour travailler ma cicatrice, j’aime me masser avec l’Huile tonic de Clarins. Elle sent bon les huiles essentielles, c’est un régal pour mon nez et sa composition me semble naturelle. L’huile sèche de chez Melvita n’est pas mal non plus, l’odeur me fait étrangement penser à la plage et au monoï, mais j’ai tout de même une préférence pour Clarins.

# Pour mes cheveux :

Je suis actuellement fan du shampoing doux pour cheveux fatigués de chez Melvita. Je suis très sensible là aussi à son parfum. Ayant plus un duvet que de véritables cheveux pour le moment, ce massage du cuir chevelu est un moment agréable le matin.

Là aussi il faudrait que je me dégote un bon après-shampoing fortifiant et naturel.

# Pour mon visage :

Je reste fidèle à mon savon liquide de chez Avene, mais j’emploie aussi un tonic de chez Caudalie et une crème de chez La Roche Posay pour l’instant. En attendant de trouver des marques plus adaptées à mes exigences ?

J’ai aussi découvert la crème de nuit hydratante à l’iris de chez Welleda, elle est agréable à appliquer, sent très bon et tient ses promesses !

image image

Quant au dentifrice, il faut aussi songer que sa composition laisse souvent à désirer à cause de la présence de triclosan et cela est effrayant. Ceux de chez Welleda sont très bien, et accompagnés d’un bain de bouche au bicarbonate de sodium pour éviter les aphtes, c’est parfait.

La plupart de ces produits peut se trouver dans les magasins bio ou en pharmacie / parapharmacie. Certes, ils sont plus cher que les produits de supermarchés, mais qualitativement ils sont de meilleure facture et la santé n’a pas de prix…

En ce qui concerne le maquillage, je ne fais pas particulièrement attention à la composition mais j’en utilise peu, hormis pour les yeux, donc cela ne m’inquiète pas pour le moment.

Et je vais tenter de trouver des vernis à ongles respectueux de notre santé.

C’est peut-être contradictoire avec les propos que je tiens ci-dessus, mais j’ai toujours adoré les box beauté et découvrir des nouveautés. Je suis actuellement abonnée à Birchbox après m’être essayée à My little box et j’en suis plutôt satisfaite, car ils arrivent à nous proposer des produits corrects (Lorsque j’ai un doute je le mets de côté, mais les quantités sont minimes, donc j’ai tendance à les essayer quand même). Enfin, je ne peux que progresser dans cette démarche avant d’user uniquement de produits naturels !

Ma prochaine bonne résolution, introduire plus de naturel dans mes produits ménagers en utilisant du bicarbonate de sodium, du vinaigre blanc, du savon noir ou de l’huile de lin…

*****

Pour plus de renseignements sur les perturbateurs endocriniens, et pour des produits de beauté faits-maison, je vous invite à visiter le site internet de générations cobaye qui en connaît long sur le sujet et propose des recettes maison, que je testerai bien volontiers à l’occasion.

Et pour le rôle des socio-esthéticiennes au sein des hôpitaux, c’est ici que ça se passe.

Publicités