Mon blog change d’adresse

Voilà, j’ai franchi le cap. Je viens d’acheter le nom de domaine de mon blog. Désormais, vous ne me retrouverez non plus à l’adresse http://www.lesbellesheures.wordpress.com mais à http://www.magali-yungja.com.

Pourquoi un tel changement ?

J’ai longuement réfléchis avant de faire le grand saut. Si grand soit-il.

Parce que je prends plaisir à écrire sur cet espace virtuel et à le façonner au gré de mon inspiration, j’ai eu envie de me l’approprier complètement en l’officialisation avec une adresse qui lui est propre et se terminant par un vrai « .com ».

Choisir un nom de blog n’a pas été chose aisée. D’abord parce qu’il m’a fallu trouver un nom qui n’existe nulle part ailleurs, mais ensuite parce que ce nom se doit d’être percutant, afin d’interpeller les visiteurs réguliers ou de passage et de correspondre à l’esprit que je souhaite lui insuffler. Comme si je décorais mon intérieur et que je choisissais la couleur du papier peint qui l’embellira le mieux.

  • Cet été :

Cela faisait déjà quelques semaines que murissait en moi l’envie d’ouvrir un blog dédié à ma vie avec la maladie. Après quelques jours de réflexion, j’ai choisi de le nommer « les belles heures », en hommage aux moments difficiles et marquants que je traverse –j’aime ce côté ironique, car qui peut dire que je vis des moments de grâce ?– et qui je l’espère ne resteront qu’une parenthèse dans ma vie. Mais également car ma maladie m’a permis d’en apprendre beaucoup sur moi-même et sur ma relation à autrui, m’a apporté un autre regard sur la vie en général, sur les valeurs que je juge importantes et m’a engagé dans une réflexion sur ce que je tolère ou refuse de subir aujourd’hui.

  • Hier :

Plutôt contente du nom trouvé pour mon blog, je souhaite le conserver en le transformant en .com, (quelle consécration !) mais il est hélas, trois fois hélas, déjà pris, alors que l’adresse ne mène nulle part (j’ai vérifié). Enfer et damnation !

  • Aujourd’hui :

J’ai poursuivi ma réflexion, lorsque j’ai eu un éclair : puisque ce blog n’engage que moi, j’opte pour http://www.magali-yungja.com…comme moi-même. Finalement la solution était assez évidente et se trouvait juste là sous mon nez. Eurêka !

Effectivement, quoi de mieux que de choisir mes prénoms comme nom d’un blog ayant pour thème principal mon rapport à ma maladie ?

C’est là que j’en viens à réfléchir au sujet de mon identité à travers mes prénoms.

Les personnes qui me connaissent bien savent que j’ai été adopté lorsque j’étais bébé. Les autres le découvriront en lisant ces lignes.

Yung-Ja est le prénom qui m’a été donné à ma naissance en Corée du Sud, et que mes parents ont conservé comme second prénom à l’état civil. Il est difficile de savoir quelle est sa signification exacte, car de nombreuses variantes m’ont été données, et qui l’a choisi. Est-ce mes parents biologiques ou bien est-ce les personnes qui m’ont recueillie dans leur orphelinat et jugée bonne pour une adoption à l’étranger ? Paraît-il que Yung-Ja est un vieux prénom, plus trop usité, un peu le pendant d’une Gisèle ou d’une Paulette (je m’excuse à l’avance auprès de toutes les jeunes Gisèle et Paulette). Après l’avoir rejeté à l’adolescence pour être comme tout le monde (enfin, comme les landais pure souche de mon lycée), je m’y suis finalement attachée. Il s’agit quand même de mon premier prénom et il retrace une partie de mon histoire personnelle. J’en suis également détachée, aucun lien avec la Corée, aucun souvenir particulier n’y étant attaché, si ce n’est une photo de bébé grincheux et une ligne dans un dossier dactylographié et un peu jauni par le temps.

moi bebe

On dirait une photo de prisonnier dans une série US

Magali est mon prénom d’adoption, mon prénom de citoyenne française, mon prénom de baptême, sous lequel les gens me connaissent et sous lequel je me reconnais. C’est surtout et avant toute chose le prénom que mes parents m’ont choisi.

Il raisonne en moi comme une seconde naissance que je date subjectivement au jour où un couple a appris qu’il allait devenir parents pour la troisième fois, qu’un enfant les attendait de l’autre côté du globe. Il correspond au prénom d’une enfant désirée et attendue, avant même son arrivée sur le sol français. Lorsque j’étais petite, on fêtait l’anniversaire de naissance et l’anniversaire d’arrivée en France.

moi petite

Voilà du dossier…

Je suis donc reconnaissante à mes parents d’avoir décidé de conserver Yung-Ja comme second prénom, afin que subsiste un lien avec mes racines coréennes. Petite, je me souviens qu’avec mes frères nous demandions de temps à autre à mes parents quel était notre prénom et nom Coréen. Nous ne nous en souvenions jamais !
J’aime l’idée qu’un fil aussi ténu soit-il soit maintenu avec un passé que j’ignore, un passé avec lequel je n’ai plus aucun lien si ce n’est peut-être ma maladie actuelle, qui pourrait être héréditaire.
Dommage que la maladie ait suivie mon changement d’identité. Je l’aurai bien laissée là-bas.

Voilà pour la petite histoire du changement de nom de mon blog.

******

Apparté : les coréens ont peu de noms de famille par rapport aux français. On trouve ainsi beaucoup de Kim, de Lee, de Park ou de Choi, et ces personnes n’ont aucun lien de parenté entre elles.
Les Coréens placent le nom de famille en premier, puis vient le prénom. Ainsi, je me nomme en Coréen Kim Yung-Ja. Et en France Magali P.
Peu de gens ont connaissance de cette subtilité coréenne. Lors des derniers jeux olympiques à Londres en 2012, j’ai pu constater qu’aux yeux de certains commentateurs sportifs français, les coréens avaient quasiment tous le même prénom, Kim ! Je trouve cela assez amusant et en même temps je suis consternée qu’ils ne se soient pas posés d’avantage de questions. Comme si en France nous nous prénommions tous Martin !

Publicités