Des box et des banques.

Logo_Com_The_Fighting_Kit-1450357406

Hello,

Aujourd’hui, je vais vous parler de box, de prêts bancaires et d’une super initiative. Quel est le lien entre ces trois sujets différents ? Vous le découvrirez ci-dessous…

Précédemment, je vous avouais mon attrait pour les box, sortes de pochettes surprises pour adultes. Leur contenu est parfois intéressant, parfois un peu décevant. C’est toujours une surprise lorsque je découvre mon petit colis. Ces dernières années, j’ai testé successivement My little box (box beauté / lifestyle), Birchbox (le top des box beauté), la thé box (pour les amateurs de thé), Gambette box (des collants sympas et un peu plus originaux que les classiques collants noir), Chouette kit (du DIY avec du tissus, de la laine, des perles…). J’ai également offert la box « Mon petit ballon » (des bouteilles de vin) ainsi que la Designer box (des objets design) à mon amoureux et une Milk box à ma fille (des tas de petits cadeaux, Roxane a pris plaisir à déchirer les petits sachets). Aujourd’hui je ne suis abonnée qu’à la Gambette box mais je pense cesser mon abonnement, car je commence à être à la tête d’une collection de collants longue comme un jour sans pain. Ce qui reste bien pratique, car je porte principalement des robes, en raison de mon poids changeant depuis que je suis malade : oscillant entre 42 et 50 kilos, soit je risque de retrouver mes pantalons en bas des chevilles, soit il m’est impossible de le fermer.

Dans les médias, on a beaucoup parlé ces derniers mois des obstacles rencontrés par les anciens malades auprès des banques, lorsqu’ils souhaitent contracter un prêt. De nombreuses personnes, notamment le magazine Rose, se sont mobilisées afin qu’un texte relatif à un droit à l’oubli plus juste soit adopté par l’Assemblée Nationale. Pour rappel, ce projet faisait partie des promesses électorales de Francois Hollande. La Loi Santé a été adoptée par le Sénat en premier lecture le 30 septembre dernier et devait passer devant le Parlement au mois de novembre, mais son vote a été ajourné en raison des attentats. Depuis, le texte a été adopté le 17 décembre 2015. Je n’en ai pas pris connaissance à ce jour, les journalistes parlant surtout du tiers-payant, des paquets neutres de cigarettes et des salles de shoot. Pour ceux qui ne le savent pas, les personnes qui ont été atteintes d’une ALD sont condamnées à la double peine. D’abord en étant cataloguées par la société comme malade, en devant se battre pour guérir, souvent arrêter de travailler, mener une vie différente, affronter le regard des autres etc., et ensuite, une fois guéries, en conservant cette fichue étiquette qui colle à la peau : il est interdit aux anciens malades de tourner la page une fois le chapitre clôt, et de se projeter dans un avenir plus clément, sans nuage. La maladie les suivra pendant encore de longues années, les banques qui ne font pas dans le social restreignent l’accès aux prêts aux anciens malades. Et quand ce n’est pas un refus des banques, c’était souvent une assurance élevée à payer, avec des exclusions de garanties.

Espérons que la loi soit vraiment plus favorable, afin de permettre aux personnes guéries de se relever et d’avancer. Notamment aux très jeunes malades. Si on n’a pas ou peu d’économies devant soi, des proches généreux, adieu les projets ! C’est un coup dur, lorsque l’on réalise à la trentaine que mener un projet immobilier sera compliqué ou que les banques ne nous feront pas confiance pour créer une entreprise. Tout le monde peut être concerné, de près ou de loin, vu le nombre de cancer en constante augmentation.

De mon côté, je ne suis malheureusement pas vraiment concernée par cette mesure, le droit a l’oubli démarrera lorsque dix années se seront écoulées (au lieu de quinze) à partir de la date de fin du protocole thérapeutique – cinq années pour les mineurs et les cancers qui ont une issue généralement favorable-. Autant vous dire que ce n’est pas gagné, ma maladie n’étant pas guérissable, on ne peut même pas parler un jour de rémission pour moi.

De plus, je vous ai déjà parlé de Charlotte et de son blog, Mister K fighting kit. Charlotte travaille depuis quelques mois à l’élaboration de box / kits à destination des personnes atteintes de cancer. Dans ces kits, se trouve l’indispensable pour essayer de rester beau / belle et digne malgré la maladie.

KIT_C_S_1-1448233079

Crédit photo Charlotte – Mister K Fighting Kit. Sympa, non ?

Et il se trouve que Charlotte n’a pu elle non plus emprunter auprès de sa banque la somme nécessaire pour concrétiser son chouette projet, malgré sa rémission.

Charlotte n’a donc pas eu le choix et a dû se lancer dans une campagne de crowdfunding (financement participatif) via le site Kisskissbankbank.
J’y ai participé, car j’ai eu envie de lui donner un petit coup de pouce. Et puis comme je vous le rappelle, j’aime bien les box 🙂 Je recevrai prochainement une jolie boîte contenant les indispensables pour soigner mes mains et surtout mes doigts, victimes des effets secondaires de la chimio. Je ne vous l’ai pas dit, mais j’ai les bouts de doigts abîmés et sensibles.
Si vous aussi vous trouvez son projet intéressant, vous en apprendrez plus en lisant / visionnant sa présentation. Et si vous le souhaitez, vous pouvez apporter votre contribution à son super projet ici. (Elle en parle bien mieux que moi).
A défaut, au moins pouvez-vous découvrir ce projet qui sera peut être un jour utile, à vous ou à vos proches…(vous pouvez garder en tête l’idée d’un cadeau utile à faire, en espérant que cela soit le plus tard possible).

Mon article n’est absolument pas exhaustif, la question du droit à l’oubli bancaire nécessiterait de ma part la rédaction d’un article plus complet. Pour en savoir plus sur le droit à l’oubli bancaire, vous pouvez toujours consulter cet article, sur le site du Monde.
Si j’ai le temps après les fêtes, je lirai la loi et rédigerai un article plus complet à ce sujet. Cela me rappelle mes études de droit et le job de rédacteur pour un éditeur juridique que j’ai exercé il y a bien longtemps…

A bientôt !
Publicités